Quelle est la place des petits fournisseurs au sein de notre programme d’approbation des fournisseurs?

Nous constatons que chaque entreprise alimentaire doit répondre à des attentes de plus en plus sévères en matière de conformité et qu’elle doit donc trouver des façons de contrôler ce risque tout au long de sa chaîne d’approvisionnement. Au sein de l’industrie en général, on constate une conformité croissante des fournisseurs par rapport à la norme de référence de la GFSI en matière de sécurité des aliments, car cela leur permet de montrer qu’ils comprennent les risques qui y sont associés. En ce qui concerne les petits fournisseurs, en revanche, il n’est ni raisonnable ni réaliste de leur demander de passer un audit par une tierce partie, en particulier selon une norme reconnue par la GFSI. On leur demande de soulever un fardeau trop lourd sans avoir la formation et le temps nécessaires pour bâtir une culture propice à l’amélioration des résultats.

Les entreprises du secteur alimentaire sont souvent amenées à s’approvisionner auprès de fournisseurs en sachant qu’il leur est impossible de respecter les mêmes normes de sécurité alimentaire que leurs homologues – mais on a besoin de ces petits fournisseurs. Entreprenants et innovateurs, ils proposent des produits utiles et uniques en leur genre. Ils aident à répondre à la demande de produits locaux ou biologiques, ou bien ils ont un parcours qu’on a plaisir à partager et qui intéresse les consommateurs.

Je collabore depuis plusieurs années avec des programmes de gestion des fournisseurs de produits alimentaires et récemment, j’ai visité de nombreux petits fournisseurs, locaux ou régionaux et discuté avec eux. Or, les tendances actuelles sont encourageantes. On trouve d’excellents exemples de grandes entreprises multinationales qui investissent énormément dans les ressources et encouragent leurs petits fournisseurs à atteindre une norme plus élevée de sécurité alimentaire. C’est une situation gagnante aussi bien pour l’acheteur que pour le fournisseur. Nous sommes fiers de collaborer avec certains de ces chefs de file de l’industrie alimentaire.  

En travaillant avec des fournisseurs qui en sont encore à mettre au point leurs programmes de sécurité alimentaire, on a une chance formidable de faire un échange de connaissances.  C’est dans cet esprit que nous voulons transmettre certaines stratégies qui, à notre avis, ont réussi à motiver de petits fournisseurs. Vous verrez s’il est possible de les adapter à vos programmes.

  • Définissez clairement ce qu’est un petit fournisseur et quels produits ou ingrédients on peut lui acheter sans créer de risque pour la sécurité alimentaire dans votre entreprise.
  • Le fournisseur a-t-il la volonté d’évoluer? Le passage à des niveaux plus élevés de sécurité alimentaire nécessite de former des partenariats, et c’est ainsi que les deux parties devraient aborder cette question. 
  • Si votre procédure d’intégration comprend un questionnaire, il est parfois préférable de le passer en revue avec le petit fournisseur par téléphone. Cela vous permettra de vous faire une bonne idée de sa connaissance en matière de sécurité alimentaire.
  • Est-ce que c’est un enjeu important pour lui? Le fournisseur doit estimer que c’est un investissement de temps et de ressources qui en vaut la peine.
  • Proposez des programmes sur lesquels le fournisseur devrait se pencher en premier, par exemple la traçabilité ou l’assainissement. Désignez clairement les attentes minimales; montrez des exemples de documents et de dossiers complets.
  • Désignez une étape suivante réaliste (par exemple, l’évaluation des marchés mondiaux ou l’audit des bonnes pratiques de fabrication) et fixez des délais types. Il arrive souvent que l’élaboration et la mise en œuvre d’un système de sécurité alimentaire prennent des mois.
  • Déterminez l’aide que vous pouvez apporter au long de ce parcours, et fixez des rendez-vous réguliers pour faire le point.

Saisissez une merveilleuse chance pour notre industrie d’encadrer ces petits fournisseurs locaux et régionaux et de devenir leur mentor. Bien souvent, ils ne savent pas exactement ce qu’on leur demande. J’aimerais encourager les personnes concernées à expliquer et à démontrer le respect des normes de qualité et de sécurité alimentaire. Cet effort sera utile à toute l’industrie alimentaire.

Auteur : Renata McGuire est directrice adjointe, Sécurité alimentaire, au sein des Services de consultation et services techniques de NSF International. Elle offre des services visant à aider les entreprises à gérer la sécurité alimentaire et la qualité de leur chaîne d’approvisionnement. Vous pouvez lui écrire à rmcguire@nsf.org.

Cet article fait partie d’une série sur la gestion de la qualité et de la sécurité alimentaire d’une chaîne d’approvisionnement en tant que fabricant, marque de restaurant ou entreprise de services alimentaires.

En savoir plus sur les services de gestion des fournisseurs de NSF.